Eco-gestes

Eco-geste n°5 : alternatives aux désodorisants

Comment désodoriser efficacement et naturellement ? Je vous propose aujourd’hui mon nouveau défi, l’Eco-geste n°5, à savoir trouver des alternatives aux désodorisants. Mon test concerne plus spécifiquement les toilettes où l’on a tendance à pulvériser de grandes quantités de désodorisant. Quand j’ai découvert cette technique, j’ai moi-même cru à une plaisanterie.

Eco-geste - alternatives aux désodorisants -Comment désodoriser efficacement et naturellement grâce aux allumettes - mon alter éco
Image par roegger de Pixabay

Comme certains l’auront déjà compris grâce à l’image, je me sers effectivement dorénavant d’allumettes pour désodoriser mes toilettes. Non, je n’allume aucune bougie ou autre système. L’allumette suffit en elle-même.

Je vous parlerai également dans cet article, pour compléter cet “Eco-geste alternatives aux désodorisants”, de solutions pour les autres pièces.

Pourquoi ce test ?

Je doutais vraiment de l’efficacité mais j’avais décidé, notamment pour des raisons d’atteinte à la santé, de limiter l’utilisation des désodorisants en aérosol.

En effet, l’utilisation des désodorisants est toute sauf anodine.

Certains ont non seulement un impact sur les organismes aquatiques mais également sur notre santé.

L’UFC Que Choisir a d’ailleurs alerté sur ce point à plusieurs reprises.

Plus que les promesses d’air pur ou de suppression des odeurs désagréables, il faut plutôt retenir celle d’avoir des polluants supplémentaires dans votre logement (COV). Pour rappel, contrairement aux idées reçues, l’air intérieur serait souvent plus pollué que l’air extérieur.

Et que les produits soient vendus en supermarché, parapharmacie ou magasin bio n’y changerait rien.

Les sprays aux huiles essentielles seraient tout aussi polluants que les désodorisants industriels, selon UFC Que Choisir.

Vous l’aurez compris, de bons arguments pour me lancer dans cet “Eco-geste alternatives aux désodorisants”.

Pour respirer un air sain, voici les produits à éviter

1/ Les parfums d’intérieur et les désodorisants (émission de COV, composés irritants et/ou allergènes).

2/ Les encens (lors de leur combustion, inhalation de formaldéhyde et de benzène, cancérogènes, d’acétaldéhyde, de naphtalène…)

3/ Les bougies parfumées (substances polluantes et particules fines la plupart du temps).

4/ Les huiles essentielles (émission de COV aggravée si on les brûle).

5/ Les aérosols et spray (inhalation du produit et des polluants à chaque pulvérisation).

Vous pourrez retrouver toutes ces informations et davantage encore sur le site de l’UFC Que Choisir (article Pollution de l’air intérieur).

En résumé, tout ce qui parfume votre maison est rarement anodin pour l’environnement et la santé.

Si malgré tout, vous souhaitez continuer à les utiliser, limitez la quantité et aérez la pièce. Ce dernier conseil est d’ailleurs souvent indiqué par le fabricant sur l’étiquetage du produit. Evitez également de les utiliser en présence d’enfants et de femmes enceintes.

En ce qui me concerne, ces informations m’avaient convaincue de me lancer, il y a quelques semaines, dans de nouveaux changements de comportement.

Voici mon retour sur l’expérience.

Le test de l’allumette désodorisante

Je n’ai rien acheté car il me restait un paquet d’allumettes.

C’est la boîte que l’on conserve pour allumer les bougies en cas de panne d’électricité. La lampe torche, c’est pratique pour se déplacer mais ça l’est moins pour les autres activités. A moins de disposer d’une lampe de mineur frontale, on préfère généralement s’éclairer à la bougie quand on dîne.

Ce que je peux dire, c’est que cela fonctionne très bien. Je l’ai testé également au-dessus de la litière de mon chat.

La technique est simple.

Vous allumez une allumette dans la pièce. Inutile de la brûler jusqu’au bout au risque de vous brûler. Une seule suffit à chaque fois.

Quand vous utilisez un désodorisant, cela ne cache jamais complètement l’odeur désagréable. Je suppose que c’est pour cette raison que certaines personnes, gênées, préfèrent mettre une grande quantité de produit. Celui ou celle qui passe derrière risque généralement l’asphyxie.

Ici, vous obtenez certes une odeur de grillé au début mais qui s’efface assez rapidement.

L’odeur gênante, quant à elle, disparaît aussitôt, ne laissant que l’odeur de l’allumette.

J’apprécie d’autant plus que je n’ai pas de fenêtre dans mes toilettes qui me permettrait d’aérer la pièce.

Avertissement : Cela reste un produit dangereux. Donc à ne pas mettre en les mains des enfants, ni à allumer en présence de produits chimiques ou d’aérosols inflammables.

Privilégier un type d’allumettes ?

Comme je l’expliquais précédemment, je me sers d’un vieux paquet d’allumettes. Je n’ai donc pas eu à faire de choix.

Les allumettes sécurité doivent répondre à la norme EN 1783:1997.

Côté écologie, privilégiez les allumettes « vertes », c’est-à-dire dont le bois (tige) est issu de forêts gérées écologiquement et certifiées FSC ou PEFC. Et dans une boîte en carton, si possible recyclée.

Autres moyens de désodoriser

Bien sûr, cet article “Eco-geste alternatives aux désodorisants” ne serait pas complet si je ne proposais pas d’autres solutions, y compris pour le reste de la maison.

Pour être honnête, je n’ai pas testé les produits suivants à part le sachet de lavande que j’avais laissé dans ma voiture. Je l’avais acheté lors d’un voyage dans le Sud de la France. En effet, je ne supporte pas les parfums synthétiques. Migraine et nausées assurées. Je n’ai pas eu ce genre de désagréments avec le sachet de lavande. Le seul bémol en est la durée de « vie » que je trouve relativement courte. Il est préconisé de le secouer quand il ne sent plus mais je suppose que cela a ses limites.

Désodorisants naturels

Eco-geste - alternatives aux désodorisants -Comment désodoriser efficacement et naturellement lavande et agrumes - mon alter éco
Image par RitaE de Pixabay

 

Il existe plusieurs moyens de désodoriser naturellement. En voici quelques-uns.

Une orange ou un autre agrume que vous aurez piqué à l’aide de clous de girofle. Vous le suspendez grâce à un ruban et le tour est joué ! Cette solution serait en plus antimites (à suspendre dans une penderie ?). Cela fonctionne aussi avec les épluchures d’agrumes que vous pouvez découper en petits morceaux avant de les mettre dans un petit sachet en tissu.

Un sachet de lavande dans les commodes et armoires.

Du bicarbonate de soude (environ 100g) dans une coupelle dans le réfrigérateur à renouveler quand les odeurs reviennent.

Aérer 5 à 10 minutes deux fois par jour, même en hiver !

Odeurs désagréables sur les mains

Apparemment, il n’y aurait rien de tel que l’inox et de l’eau pour faire partir les odeurs persistantes d’oignon ou de poireau sur les mains.

Il est bien sûr possible d’acheter des savons anti-odeur en métal (généralement entre 2 et 7€).

Mais vous pouvez également prendre, par exemple, un couvert que vous frotterez sur vos mains sous l’eau.

Un désodorisant écologique fait maison

Eco-geste - recette de désodorisant écologique - mon alter éco
Image par Mimzy de Pixabay

Voici la recette d’un désodorisant écologique repérée sur le site Toogoodtogo, à savoir un flacon vaporisateur vide dans lequel vous ajoutez :

½ d’eau

½ de vodka (premier prix)

Quelques épluchures d’agrumes.

Ce désodorisant ne tacherait pas. Il est donc possible de l’utiliser sur les tissus (tapis, canapés, rideaux…).

Autres

Sacs purificateurs en bambou. Les prix diffèrent selon la taille (environ 8€).

Désodorisants réfrigérateurs en PP (polypropylène) avec charbon actif (environ 10€).

Purificateurs d’air stérilisants (25 à 90€ selon la technologie).

Pour conclure

Voici ma conclusion sur ce nouveau défi “Eco-geste alternatives aux désodorisants”.

La technique de l’allumette fonctionne très bien pour les toilettes et la litière.

Je recommande.

Par contre, je trouve que cela a ses limites pour d’autres odeurs (ex : odeurs fortes de cuisine).

Si j’avais à choisir, je privilégierais l’aération de la pièce pour la cuisine. Pour les chambres et la voiture, j’opterais pour les agrumes et la lavande. D’ailleurs, je me dis que j’essaierai peut-être un jour ceux-ci dans le sac de l’aspirateur.

Et vous, avez-vous essayé d’autres astuces qui fonctionnent ?

Communiquez-moi vos réponses ou retours d’expérience via les commentaires.

N’hésitez pas non plus à commenter, partager, liker.

Au plaisir de vous lire.

Sophie

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :